• Instagram

Les contes de la Bièvre

 

- workshop PSL -

2019

Comment réenchanter l'histoire de la Bièvre à Paris ?

Autrefois au coeur de la vie des parisiens,  la Bièvre était une rivière qui traversait les actuels Vème et XIIIème arrondissements. Elle était notamment utilisée par les manufactures de textile. Malheureusement, elle fut recouverte au début du XXème siècle car elle était devenue trop polluée.

Les contes de la Bièvre est une carte destinée aux promeneurs, touristes ou habitants, curieux de découvrir Paris sous un nouveau jour. Les contes racontés sur cette carte sont un mélange entre imaginaire et faits réels. Ils sont nés à partir de noms de rues, de détails architecturaux ou autres dérives urbanistiques qui sont des indices du passé de la Bièvre mais qui passent inaperçu pour qui ne connaît pas son histoire. Ce mélange de réalité et de fiction vise à susciter la curiosité du promeneur et à mettre en valeur cette rivière qui, à quelques mètre en dessous de nos pieds, vit toujours...

 

Projet réalisé à dix mains avec Agathe Tabeaud, Marie Truffier, Adrien Buyukodabas et Raphaël Tirat.

Vraies ou fausses ?

Découvrez deux histoires sur les douze que contient le recueil au dos de la carte. Récits véritables ou inventés de toutes pièces ? Faites-vous votre propre avis...

Les peupliers 
 

A cet endroit, on trouvait autrefois des lavoirs. Je me souviens des longues heures que passaient les femmes à laver leur linge et à parler. Je les écoutais échanger des nouvelles mais aussi débattre sur la société. C’est pourquoi à certaines périodes de l’Histoire où des changements importants se faisaient sentir, ce genre d’endroit se transformaient rapidement en foyers révolutionnaires. On criait alors partout dans la ville “le peuple y est !” pour prévenir lorsque des rassemblements de révoltés s’organisaient. Quelques déformations de langage plus tard, on renomma cette place en Place des Peupliers. "

Glacière
 

Le « chemin de la Glacière » figurait déjà sur les cartes du XVIIe siècle. Il conduisait de Paris à Gentilly en passant par le hameau de La Glacière. L’hiver n’était clairement pas ma saison favorite, je suis assez frileuse. Dans cette région il arrivait alors que je gèle par endroits, là où mon eau formait des mares et des étangs. Les humains récupéraient la glace qui se formait et avaient pris l’habitude de l’entreposer dans des puits maçonnés et dans d'anciennes carrières des hauteurs de Montsouris, qui faisaient office de.. glacières ! Je mis du temps à trouver une explication à ces agissements. C’était en fait pour utiliser la glace l’été, lorsque les fortes chaleurs nécéssitaient de se rafraîchir. Elle était vendue aux citadins, servait aux marchands comme les poissoniers, ainsi qu’à l’élaboration de sorbets. "

Oriane

Lesaffre

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now